Guide sur la ville de Lyon
L’auberge du Pont de Collonges

L’auberge du Pont de Collonges

L’Auberge du Pont de Collonges, un lieu à part

« Comme la Tour Eiffel, Paul Bocuse est ouvert tous les jours sans exception. » Cette accroche sur le site du restaurant marque le ton. L’auberge du Pont de Collonges est donc le restaurant du légendaire Paul Bocuse, chef triplement étoilé depuis près de cinquante ans.

Ce bâtiment pistache et framboise, aussi tape-à-l’œil que son créateur est public, se situe sur le Quai de la Plage à Collonges-au-Mont-d’Or où naquit Paul Bocuse il y a 87 ans. Avant même d’entamer un repas à la table du chef, les lieux font déjà naître toutes sortes d’émotion.

Véritable décor de théâtre, un groom en livrée attend à la porte pour faire entrer les convives. Mais avant de l’atteindre, un passage par une fresque historique mettant en scène tous les grands cuisiniers. Après ça, il faut encore marcher dans une allée où trente plaques de bronzes commémorent les gagnants des Bocuse d’Or. Enfin, la porte est passée.

Les diplômes des Meilleurs Ouvriers de France présents et passés sont alignés dans le hall et on peut apercevoir une cuisine en pleine effervescence où le cuivre brille de tout son éclat. Plaisir des papilles dont à l’Auberge du Pont de Collonges mais aussi plaisir des yeux avec un véritable spectacle qui se déroule.

Le savoir-faire culinaire du « Cuisinier du Siècle »

La carte de l’Auberge du Pont de Collonges s’articule selon les saisons. Entre tradition et innovation, la carte présente des plats emblématiques de la cuisine de Paul Bocuse et plus généralement de la région. De la quenelle de brochet aux écrevisses et sa sauce Nantua à sa fricassée de volaille de Bresse à la crème et aux morilles pour finir par un œuf à la neige Grand-Mère Bocuse, les saveurs sont au rendez-vous.

Trois menus sont proposés : le menu Grande Tradition Classique qui est un menu préparé pour l’ensemble de la table et où il est donné l’occasion de goûter à la soupe de truffes V.G.E. créée en 1975 pour l’Elysée ; le menu Bourgeois où le homard, le pigeon, le ris de veau et le rouget font bon ménage ; et enfin le menu Classique où, entre le carré d’agneau rôti à la fleur de thym, le filet de bœuf Rossini à la sauce Périgueux ou la fricassée de volaille, le cœur balance.

Laisser un commentaire